L’Internationale fiscale

« Un marchand, comme on l’a très bien dit, n’est nécessairement citoyen d’aucun pays en particulier ; il lui est, en grande partie, indifférent en quel lieu il tienne son commerce, et il ne faut que le plus léger dégoût pour qu’il se décide à emporter son capital d’un pays dans un autre, et, avec lui, toute l’industrie que ce capital mettait en activité ».

Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, (Gallimard, 1990, p. 231)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s